ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
LA TIJANNYA DE FES A TIVAOUANE 
 
 
Rubriques

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

historique de la ville

 
 
Grouillante et colorée, elle propose d'étonnants décors, comme la médina de Fès el-Bali, l'une des plus grandes cités de type médiéval du monde.  
 
La ville de Fès se divise en trois parties: Fès el-Jedid (la demi-vieille) et Fès el-Bali (la vieille) qui forment la médina, et Fès la jeune (ville nouvelle) construite par les français au temps du protectorat et où se trouve le quartier administratif.  
 
Afin d'avoir une vision d'ensemble de la ville, le mieux est de se rendre sur les hauteurs dominant la cité. Pour cela, prendre la route du tour de Fès, qui part de l'avenue Hassan II, artère principale de la ville nouvelle, et se termine sur la colline d'El Kolla où se trouve la nécropole des Mérinides (XIVème).  
 
La Médina Ce n'est pas seulement un centre historique réservé aux bazars et aux touristes, c'est aussi un centre économique important. Fès est l'une des villes économiques les plus importantes du Royaume, notamment la seconde ville industrielle et pourtant, une grande partie de ses activités économiques se concentre dans la médina.  
 
Celles-ci relèvent essentiellement des industries d'art. On peut citer comme branche principale de cet artisanat, la menuiserie avec sculpture et peinture sur bois, le fer forgé, le cuivre ciselé, l'orfèvrerie, la céramique, le tissage des soieries et la broderie. Tous ces métiers sont exercés dans de minuscules ateliers ou dans des échoppes où les artisans se servent, pour la plupart, d'un matériel désuet. En ce qui concerne la corporation des céramistes, on constate que de nombreux ateliers ne font plus d'efforts quant à la fabrication de leurs émaux et aux soins à prendre durant la cuisson. D'une part, la formule d'atelier-pilote, adoptée en un temps par l'administration, a permis aux artisans de conserver leur savoir-faire et d'améliorer leur production; d'autre part, l'ampleur des commandes royales de ces dernières décennies a entraîné la prospérité de certains secteurs, notamment celui de l'artisanat du décor architectural.  
On assiste actuellement à un monopole de marchés et de circuits de distribution entre une minorité; de nombreux artisans ont de plus en plus de difficultés à accéder au marché et à avoir les possibilités (matérielles et financement) de mieux produire. La question qui se pose est comment sauver ce patrimoine culturel avec ce dynamisme socio-économique?  
 
Fès ne doit pas être une sorte d'écomusée hors du temps et hors contexte. De toute façon, elle n'a pas cette vocation, ce qui complique d'ailleurs la réalisation de sa sauvegarde.  
 
Le tableau suivant vous présente les principaux sites à visiter à Fez. Liste non exhaustive et loin d'être représentative de cette belle ville musée qu'est Fez ! Ce tableau sera agrémenté dans un futur proche par les photos correspondant à chaque site mentionné.  
 
 
 
La Tidjaniya fut fondée par Cheikh Aboul Abbas Ahmed Att-Tijani vers 1781 à Aïnou Mahdi, en Algérie, où il est né vers 1737. Il est décédé vers 1815 à Fès au Maroc où il fut inhumé. Avant son entrée dans la voie spirituelle, le saint homme avait passé toute sa prime jeunesse à étudier les sciences islamiques, qu'il a fini par maîtriser à la perfection. Aussi, à peine âgé de sept ans, avait-il totalement mémorisé le Saint Coran. À 21 ans, il maîtrise toutes les sciences islamiques. D'origine chérifienne, il est descendant d'Ali Ibn Abi Talib, par l’Imam Al Hassan, un des fils du cousin et gendre du Prophète (Psl). Tous les éducateurs qui l'ont accueilli comme étudiant, furent frappés par les dons exceptionnels du jeune Cheikh Ahmed AT-Tidjani 
 
Tivaouane, le berceau au Sénégal  
 
Le centre intellectuel et cultuel de la Confrérie est aujourd'hui à Aïnou Madi en Algérie, lieu de naissance de Cheikh Ahmad Att Tidjani, de fondation de la Confrérie en 1781, et où ses descendants ont été enterrés, générations après générations. Cependant, d'autres lieux de culte, plus ou moins importants, existent au Maghreb et en Afrique de l'Ouest. Cheikh Ahmed Att Tidjani repose dans un mausolée à Fès (Maroc) qui est, de ce fait, l'une des villes les plus visitées par les adeptes tidjanes. En outre, Tivaouane est connue pour être la ville sainte du tidjanisme en Afrique occidentale. C'est dans cette ville que réside les khalifs des Tidianes au Sénégal d'ElHadji Malick SY à Elhaji Abdoul Aziz SY. 
l'actuel Khalif des Tidianes est Mansour SY. 
La ville de Kaolack est également un important lieu de cette confrérie, grâce au rayonnement du grand marabout Baye Niasse, qui y avait élu domicile. Une localité où se trouvent les sites que sont Kossi, Taïba Niassène, Léona Niassène,Kanéne chez Abdoul Hamid Kane etc. Il y a aussi Boussemghoun en Algérie, lieu où Cheikh Tidjani vit le Prophète en état de veille. Il y a Tamacin, la zawiya de Cheikh Al Islam Ibrahim Rayahi en Tunisie, Bandiagara au Mali, Chinguetti, Matamawlana, Babacar, Boghé, Ribat en Mauritanie, la zawiya de Cheikh Mouhammed al Arabi Açahih à Rabat. 
 
 
 
 
 
Moustpha yankhoba FALL 
NDOMOR-Tivaouane 
 

 

(c) TIVAOUANE-FES - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 28.03.2009
- Déjà 3587 visites sur ce site!