ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
LA TIJANNYA DE FES A TIVAOUANE 
 
 
Rubriques

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

La branche Tijannya

Elhadji Abdoulaye Niasse 
 
 
>b>Né vers 1844 à Beli, dans le Djolof, Sénégal, Abdoulaye Niasse, fils de Mamadou, est originaire d'une Famille toucouleur "wolofisée". Il mémorise le Coran à l'âge de 15 ans auprès de son père qui est maître d'enseignement coranique, puis aborde l'étude des sciences religieuses traditionnelles auprès du marabout Matar N'diaye. En 1865, son père émigre dans le Rip pour fonder le village de Niassènne. Il l'y rejoint trois ans plus tard et fonde à son tour le village de Taïba en 1868. Une ligue Tijaniyya de résistance contre la colonisation française est créée par Ma Ba Diakhou, qui est tué en1867. Abdoulaye Niasse qui sera initié à la voie Tijaniyya en 1875 par Mamadou Diallo, un compagnon d'El hadji Omar, s'engage dans la lutte armée dans les rang de Saer Maty Ba fils et successeur de Ma Ba.  
 
 
 
En 1880, il rompit avec la lutte armée pour se retirer dans son village de Taïba où il se consacre à l'enseignement et à l'agriculture. En 1880, des traités signés avec les souverainslocaux placent la Sénégambie centrale sous l'autorité de la France et les rives Gambiennes sous celle de l'Angleterre. Abdoulaye Niasse grâce à son engagement dans la culture arachidière et son action éducatrice voit ses revenus augmenter ainsi que le nombre de ses disciples. 
 
 
 
Dès 1890, il se rend à la Mecque en passant par Fez où il noue des contact avec la zawiyya-mère de la Tijaniyya et à Alexandrie où il aurait reçu un diplôme attestant de son érudition islamique. 
 
 
 
De retour au Sénégal, il continue paisiblement à se consacrer à ses activités spirituelles jusqu'en 1901, quand le chef de canton de Nioro et l'administration l'accusent à tort d'être l'instigateur d'un émeute millénariste dirigée contre les Français. Taïba est détruit, sa mosquée brûlée et ses biens confisqués. Il se réfugie avec une partie de ses disciples en Gambie d'où il continue à exhorter ses fidèles, y compris ceux qui sont restés au Sénégal, au travail et au respect des lois. Ces derniers prennent part activement à la culture de l'arachide dans le cercle du Sine Saloum qui va très rapidement battre le record de la production arachidière. Abdoulaye s'attache également à cultiver ses relations extérieures en entretenant une correspondance suivie avec les différentes branches de la Tijaniyya. En 1910, grâce aux bons offices de son ami El Hadji Malick Sy, l'administration l'autorise s'installer à Kaolack.  
 
 
 
En 1912, il retourne à Fez et y reçoit la ijâza mutlaqa , suprême consécration de la hiérarchie Tijaniyya, qui va accroître son audience déjà considérable dans la Sénégambie. A sa mort le 9 juillet 1922, il lègue à ses successeurs une communauté très prospère. 
 
 
 
Outre son action éducatif, Abdoulaye Niasse doit son succès à sa capacité d'adaptation aux mutations socio- économique provoquées par la colonisation et sa réussite à contrôler de nouveaux mécanismes d'allocation de ressources. 
 
Bibliographie: 
 
Archive du Sénégal. 
 
- 1G283 Lieutenant chaudron, Etude sur le cercle de Nioro Rip.1901. 
 
- 13G68: fiche de renseignement sur les marabouts du Sine Saloum Dieng. 
 
Samba Dieng. La jihad d'Abdoulaye Niasse ou sa contribution à l'édification d'une société 
 
Sénégalaise meilleure, communication présentée à la 4ème semaine culturelle islamique  
 
Dakar, 1986 ,10 p. 
 
Kane Ben Omar. Note de présentation Dar al qur'an, Dakar, Décembre 1987, 10 p. 
 
Klein Martin. Islam and imperialism in Sénégal Sine Saloum ( 1874 - 1975). Stanford  
 
University Press, Stanford California, 1968. 
 
Marty Paul. Etude sur l'Islam au Sénégal, Paris Leroux, 1917. 
 
Mbodj Mouhamed. EL hadji Abdoulaye Niasse (1840-1922 ), contexte historique et  
 
géopolitique, communication présentée à la 4ème semaine culturelle musulmane,  
 
Dakar, 1986,11 p. 
 
Ibrahim Ahmad Niang. Athâr al-taswwûf fi hayât al Hajj cAbdullah Nysâs (aspects du soufisme dans la vie de Abdoulaye Niasse), communication présentée à la 4ème semaine culturelle musulmane, Dakar, 1986,17 p. 
 
Sources orales. Entretient avec Cheikh Hassan Cissé (Imam de la mosquée de Kaolack),  
 
Dakar, novembre 1988. 
 
www.geocities.com/ganesamblo/HAJ.html - 7k  
 
 
Abdoul Hamid KANE 
 
Famille SY de Tivaouane et KANE de Kaolack : Des connexions familiales et spirituelles centenaires au service du tidianisme  
 
 
Le temps qui passe et les vicissitudes de la vie n’ont pas entamé les liens familiaux et ancestraux qui existent entre la famille de El Hadji Malick Sy fondateur de la ville sainte de Tivaouane et celle de El Hadji Abdoul Amid Kane qui était son plénipotentiaire dans le Saloum. Ce que beaucoup de personnes ignorent, c’est que leurs descendances témoins des échanges de bons procédés entre les deux érudits ne ménagent aucun effort pour entretenir ces relations qui se déclinent sur le registre aussi bien familial que spirituel. La preuve la plus vivante nous a été rapportée par le quatrième khalife de El Hadji Abdoul Hamid Kane, l’imam Souleymane Kane. A en croire, l’actuel responsable moral des Kanène de Léona, à chaque célébration de l’anniversaire de la naissance du prophète Mouhamed (Psl), la descendance de El Hadji Malick Sy se distingue par le soutien apporté à l’organisation.  
Il a toujours été ainsi du vivant des deux hommes. Les divers khalifes qui se sont succédé à Tivaouane comme à Léona Niassène préservent jalousement cette initiative. Et cette année n’a pas fait exception, dit l’actuel khalife de Léona Niassène. D’après lui, ce sont leurs ancêtres El Hadji Malick Sy et El Hadji Abdoul Hamid Kane qui ont posé les jalons de cette pratique d’échanges de bons procédés entre les familles Sy et Kane. Selon l’imam ratib de Kanène, les deux érudits ont reçu le Wird tidiane, (la prière du Salatoul Fatiya) à peu près à la même période. ‘La première rencontre entre El Hadji Malick Sy et El Hadji Abdoul Hamid s’est déroulée à Pout chez un de leur ami commun. Et depuis lors les deux érudits ne se sont plus quittés’, rappelle l’imam Souleymane Kane. Et El Hadji Abdoul Hamid Kane, qui était un riche commerçant avant de s’engager dans la propagation du message de la tidianiya, reconnaîtra en son aîné El Hadji Malick Sy le maître qui va l’élever au rang de Moukhadam (dignitaire dans la tidjaniya).  
 
El Hadji Malick Sy, qui s’était installé définitivement à Tivaouane à partir de 1902, va envoyer ses Moukhadam à travers le Sénégal pour enseigner et élargir la confrérie. C’est ainsi El Hadji Abdoul Hamid Kane est resté à Kaolack. Pour l’imam Souleymane Kane, El Hadji Abdoul Hamid kane était l’homme de confiance de El Hadji Malick Sy. ‘El Hadji Malick Sy, dans le cadre de ses visites pour étendre la tidjaniya au Sénégal, n’est jamais venu à Kaolack. Il s’est arrêté à Gossas. Et aux gens qui l’interpellaient sur une telle stratégie, El Hadji Malick Sy répondait qu’avec la présence d’un érudit comme El Hadji Abdoul Hamid Kane, il n’a pas besoin de venir à Kaolack. Et aux Talibé tidianes qui quittaient le Saloum pour aller à Tivaouane pour célébrer, il leur demandait de rester à Léona Kanène’, informe-t-il.  
 
Bien plus, El Hadji Abdoul Hamid kane a effectué plusieurs missions à la demande de El Malick Sy. C’est, par exemple, dit-il, au plus fort de la Première Guerre mondiale, les Français ont sollicité et envoyé plusieurs érudits à la Mecque pour qu’ils prient pour la fin des hostilités. ‘Le seul Noir, qui était du voyage pour la Mecque, était El Hadji Abdoul Hamid kane’, soouligne, l’imam ratib.‘Pour remercier les musulmans à la fin de la guerre, le gouvernement français avait décidé de construire une mosquée pour eux au cœur de Paris. C’est aussi El Hadji Abdoul Hamid Kane qui a posé la première pierre de la mosquée de Paris’, ajoute le quatrième khalife de Léona. Et sur le chemin du retour de ce voyage, qui se faisait à l’époque par bateau, que El Hadji Abdoul Hamid Kane a appris le décès de El Hadji Malick Sy, en 1922 alors qu’il était en escale au Maroc (…).. 
 
M. SARR  
 
 
 
 

 

(c) TIVAOUANE-FES - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 26.03.2009
- Déjà 3792 visites sur ce site!