ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
LA TIJANNYA DE FES A TIVAOUANE 
 
 
Rubriques

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

Comment faire la prière

Samedi 10 février 2007  
la Prière (as salat) selon les 4 écoles juridiques  
 
 
 
 
la Prière (as salat) selon les 4 écoles juridiques 
 
Par chaykh Musa Furber al Hanbali  
Basé Zad Al-Mustaqni` et Al-Raudh Al-Murbi` 
 
 
Les Bases de la prière dans l'Ecole Hanbalite.  
 
Puisque la prière est la première chose sur laquelle nous serons interrogés le Jour du Jugement, il semble approprié de commencer par les bases de la prière.  
 
Description de la prière  
 
Avant de commencer  
 
C'est sunna de se lever quand la personne faisant l'iqama dit : «Qad qamiti al-salat».  
 
C'est sunna que l'imam et les prieurs fassent des rangées bien droites et régulières.  
 
Commencer la prière  
Il dit « Allahu akbar » soulevant ses mains avec ses doigts tendus et ensemble, parallèle à ses épaules, comme en se prosternant.  
 
L'imam le dit de façon audible pour celui qui est derrière lui, comme sa récitation dans les deux premières (rak'a), autre que Dhuhr et `Asr. Tout le monde le dit pour lui même.  
 
Il saisit alors son poignet gauche avec sa main droite, les plaçant au-dessous de son nombril. Il garde son regard à l'endroit où il se prosternera.  
 
Il dit alors : “Subhanaka allahumma wa bi hamdika wa tabarak ismaka wa ta`ala jaddik wa la ilaha ghayruka”.  
 
 
La basmala et la récitation du Qur'an  
 
Il est recommandé qu'il dise alors : “ 'A`uthu billahi min al-shaytani al-rajim,” et dise après silencieusement : “Bismillahi al-rahmani al-rahim”. La basmala n'est pas une partie d'Al-Fatiha.  
 
Il récite alors Al-Fatiha. S'il l'interrompt avec une longue invocation ou un silence non légiféré; omet un shadda, une lettre, ou l'ordre, le non-suiveur doit la répéter. Chacun dis « Amin » de manière audible dans les prières à haute voix.  
 
Il est recommandé qu'il lise une autre sura après Al-Fatiha. Dans la prière de l'aube cela devrait être parmi des suras à partie de la sura Qaf, et pour Maghrib des suras séparées et courtes, et dans les autres prières des suras moyennes.  
 
Il est inadmissible de réciter n'importe quel récitation qui n'est pas conforme au mushaf.  
 
Inclinaison  
 
Alors il s'incline tout en faisant Takbir, en soulevant ses mains, et les place sur ses genoux [avec les] doigts étendus séparément, avec son dos droit.  
 
Il dit : “Subhana rabb al-`athim”. Il est obligatoire de le dire une fois. Trois fois est la plus basse quantité optimale. L'imam ne devrait pas le dire plus de dix fois.  
 
Redressement  
 
Il soulève alors sa tête et ses mains, avec l'imam et l'individu dira: “Sami` Allahu li man hamidah,” et après être remonté et s'être redressé il dit: “Rabbana wa lak al-hamd mil' al-samawati wa mil' al-'ardh wa mil' ma shi'ta min shay'in ba`d,” et le suiveur en se levant dit seulement : “Rabbana wa lak al-hamd.”  
 
Après s'être levé de l'inclinaison, il peut placer sa main droite sur la gauche, ou les laisser pendre vers le bas.  
 
Prosternation  
 
Alors il descend en faisant Takbir, se prosternant sur sept membres : ses pieds, puis ses genoux, puis ses mains, puis son front, et alors son nez, (même s'il n'est pas compté comme un sept des membres en question)il détache ses avant-bras de ses flancs, et son abdomen de ses cuisses. Et maintiens une séparation entre ses genoux, ses pieds, avec les orteils en direction de la qibla. Il dit : “Subhana rabb al-`ala”, en suivant ce qui a été dit précédemment concernant le tasbih dans l'inclinaison.  
 
S'asseoir entre les prosternations  
Il soulève alors sa tête, en faisant Takbir, et s'assoit avec son pied gauche étendu sous lui tout en soulevant son pied droit ; et dit : "Rabb ighfir li,” et il fait la deuxième prosternation comme la première.  
 
Se lever pour la deuxième rak'a  
Il se lève alors, faisant Takbir, se levant en utilisant juste les boules de ses pieds et ne se rassoit pas pendant un moment pour se reposer (jalsat al-istiraha). Si cela lui est facile, il s'aide en mettant ses mains sur ses genoux ; autrement, il s'aide à se relever en posant ses mains sur à terre terre.  
 
Il prie la seconde [rak'a] comme la première, sans Takbir d'ouverture, du `a d'ouverture, ni dire “ `A'uthi billah...” ni reformuler l'intention.  
 
Le premier tashahud  
Après exécution de la deuxième rak'a, il s'assied avec son pied gauche étendu et son pied droit levé, et avec ses mains sur ses cuisses. Il resserre l'auriculaire et l'annulaire de sa main droite, et forme un cercle avec son pouce et son majeur, et pointe son index, sans le déplacer, pendant le tashahud. Il laisse étendus les doigts de la main gauche.  
 
Il dit silencieusement : “Al-tahiyyatu lillah wa al-salawatu wa al-tayyibat, al-salamu `alayka ayyuha al-nabi wa rahmatu llahi wa barakatuhu, al-salamu `alayna wa `ala `ibadi llahi al-salihin, ashhadu an la 'ilaha 'ill allah, wa ashhadu anna muhammadan `abduhu wa rasuluhu”.  
C'est le premier tashahud.  
 
La salutation Abrahamique  
Dans le tashahud qui est suivi d'un taslim, il dit : “Allahumma salli `ala muhammadin wa `ala 'ali muhammadin ka ma salayta `ala 'ali ibrahima innaka hamidun majid, wa barik `ala muhammadin wa `ala 'ali muhammadan ka ma salayta `ala 'ali ibrahima innaka hamidun majid.”  
 
Supplication de Sunna  
Il dit alors que“`A'uthu billahi min `athab jahhanama wa `athab al-qabr wa fitnati al-mahya wa al-mamat wa fitnati al-masihi al-dajjal” et peut également faire une invocation quelconque qui a été rapportée.  
 
Le taslim  
Il fait alors Taslim sur sa droite, en disant : “Al-salamu `alaykum wa rahmatu llah”, puis sur sa gauche.  
 
Prière en trois ou quatre unitée (rak'a)  
S'il est dans une prière en trois ou quatre unitées il se lève faisant Takbir après que le premier tashahud et prie le reste comme le deuxième rak'a en récitant Al-Fatiha sans sura additionnelle, et puis s'assied dans le tashahud final avec son pied gauche sous son tibia droit et son pied droit relevé.  
 
La prière d'une femme  
La prière d'une femme est comme celle d'un homme, sauf qu'elle se lie ensemble, et quand elle s'assied elle décale sous elle ses deux jambes légèrement vers la droite (tasdil).  
 
Ce qui est déconseillé, permis, Sunna, ou invalide la prière  
 
Il est déconseillé tout en priant :  
 
1. de se tourner ;  
2. de fixer le ciel ;  
3. de fermer les yeux ;  
4. de s'asseoir sur ses talons  
5. d'étendre les avant-bras sur la terre en se prosternant ;  
6. de remuer ;  
7. de mettre les mains sur les hanches ;  
8. de faire craquer ses articulations ;  
9. d'entrelacer les doigts ;  
10. de retenir une envie d'uriner ;  
11. d'être en présence de nourriture désirée ou de désirer de la nourriture ;  
12. ou de répéter Al-Fatiha,  
13. ne pas rassembler les suras dans une (prière) obligatoire, comme on le fait dans une surérogatoire.  
 
C'est une sunna de repousser quelqu'un qui passe devant soi.  
 
Il est permis de :  
 
1. répétez un aya ;  
2. informez son imam d'une erreur ;  
3. rajuster un vêtement ;  
4. enrouler un turban ;  
5. tuez un serpent, un scorpion, ou des poux.  
 
Si l'action devient longue selon l'habitude, sans être essentielle, et sans séparation entre eux, alors la prière devient invalide même si c'est par oubli.  
 
Il est permis de réciter de l'extrémité des suras et depuis leur milieu.  
 
Si il manque quelque chose, un homme indique « Subhan Allah, » et une femme tape l'intérieur d'une main sur l'extérieur de l'autre.  
 
Il crache sur le côté gauche en priant si il a à le faire, ou dans son vêtement quand il est à l'intérieur d'une mosquée.  
 
C'est une sunna pour prier de faire face à un sutra (obstacle) vertical. Si on ne trouve pas un poteau, alors vers une ligne en forme de croissant.  
 
La prière devient invalide si un chien sauvage noir passe devant, mais pas une femme, ni un âne.  
 
Il peut chercher la protection à un aya contenant des menaces, et faire une supplication à un aya qui parle de miséricorde, même dans une prière obligatoire.  
 
Les Parties intégrantes de la prière  
 
Il y a 14 parties intégrantes à la prière. Il s'agit de ce qui est une partie de celle ci, et ne peut pas être omise intentionnellement ou par manque de mémoire. Ils sont :  
 
a. se tenir debout, dans les prières obligatoires pour quelqu'un qui le peut ;  
b. le Takbir d'ouverture ;  
c. réciter Al-Fatiha ;  
d. inclinaison ;  
e. se dresser de celle ci ;  
f. se prosterner sur les sept membres ;  
g. se redresser de cela ;  
h. s'asseoir entre les deux prosternations ;  
i. devenir immobile dans elles toutes ;  
j. le tashahud final  
k. et s'asseoir pou le faire ;  
l. et prier sur le prophète (qu'Allah le bénissent lui et sa famille et lui accorde la paix) pendant celui ci ;  
m. suivre cet ordre ;  
n. Le Taslim  
 
 
Actions obligatoires de prière  
 
Elle comprend huit actions obligatoires :  
a. le Takbir autre que celui d'ouverture;  
b. dire “Sami` Allahu li man hamudah”  
c. dire “Rabanna wa lak al-hamd”;  
d. dire « Subhan Allah » dans l'inclinaison  
e. et le disant dans la prosternation,  
f. la demande de pardon (istighfar)  
 
Note : elle est obligatoire une seule fois, et un sunna les trois autres fois  
 
g. le premier tashahud,  
h. s'asseoir pout le faire  
Les Sunan et ce qui annule la prière  
 
Toutes les autres actions sont des sunnan.  
 
La prière d'une personne est nulle s'il :  
 
1. omet une condition sans excuse, excepté l'intention, puisqu'elle n'est annulée dans aucune circonstance,  
2. ou omet intentionnellement une action qui est partie intégrante ou obligatoire  
--contraire au reste.  
 
Tout autrement sont sunan verbales et des sunan réelles. La prosternation d'oubli n'est pas légiférée pour leur omission, et il n'y a aucun mal s'il se prosterne quand même.  
 
Ceci, est basés sur une traduction de et de quelques notes de Zad Al-Mustaqni` et quelques éléments de Al-Raudh Al-Murbi`. J'ai enlevé quelques petites choses, fondues le commentaire avec le texte de base, et changées l'ordre de quelques sections.  
 
Chaykh Musa Furber al Hanbali 
 
 
Conditions (Shurut) de la prière  
 
Les conditions principales de la prière sont cinq :  
 
(1) pureté rituelle (taharah) par l'ablution (wudu') ou le bain (ghusl) ;  
(2) déterminer l'entrée du temps avec certitude ou confiance par l'estimation ;  
(3) faire face à la direction de prière (qiblah) ;  
(4) couvrir les parties honteuses ('awrah) en portant une barrière qui cache leur couleur ; et  
(5) ôter les impuretés (najasah) de son corps, de ses vêtements, et de l'endroit.  
 
Parties intégrantes (Arkan) de la prière  
 
Les parties intégrantes de la prière sont treize :  
 
(1) se tenir debout si capable pour (2)-(4) ;  
(2) dire Allahu akbar ;  
(3) mettre l'intention en disant le Allahu akbar ;  
(4) réciter la Fatihah ;  
(5) inclinaison (`ruku) avec une pause;  
(6) se redresser avec une pause ;  
(7) se prosterner (sujud) deux fois avec des poses;  
(8) se rasseoir entre les prosternations avec une pause ;  
(9) la dernière station assise pour (10) (12) ;  
(10) réciter les salutations (tahiyyat) ;  
(11) prier pour le prophète (la faveur d'Allah et le saluent) ;  
(12) dire le Salam ; et  
(13) respecter l'ordre.  
 
Ce qui invalide (Mubtilat) la prière  
 
Les principales causes qui invalident la prière sont trois :  
 
(1) parler ;  
(2) mouvement supplémentaire ; et  
(3) ingestion.  
 
Ce qui suit invalide également la prière :  
 
- l'exposition de ses parties honteuses ;  
- l'occurrence d'impureté ; et  
- précéder ou traîner derrière l'imam pour deux parties intégrantes physiques sans excuse.  
 
 
Les conditions de validité de la prière  
 
Vingt-sept conditions sont requises pour que la prière soit valide :  
 
1- Il faut que l'orant soit exempt de tout ce qui fait perdre l'ablution (tel que gaz, règles, pertes de sang, etc).  
2- Que son corps, ses vêtements et le lieu de sa prière, c'est-à-dire l'emplacement des pieds, des mains, des genoux et du front soient purs de toute impureté non tolérée.  
3- Que les parties du corps à cacher soient couvertes, (le fait de voir son corps par l'entrebaillement de l'encolure ou par le bas de son habit n'invalide pas la prière).  
4- Qu'il soit face à la qibla : les Mecquois qui voient la Ka'ba doivent se placer dans l'axe exact de celle-ci. Quant à ceux qui ne peuvent la voir, ils doivent se placer dans sa direction, qu'ils soient ou non Mecquois.  
5- Que la prière soit entrée dans son temps.  
6- Qu'il soit certain d'être dans le temps.  
7- Qu'il fasse l'intention d'entrer en prière.  
8- Qu'il prononce la tahrîma ("Dieu est le plus Grand") immédiatement après avoir formulé l'intention (litt : sans séparation, bila fâsil).  
9- Qu'il la prononce debout avant de se baisser pour l'inclinaison (rukû'). 10-Qu'il ne retarde pas l'intention (d'entrée en prière) après la tahrîma.  
11- Qu'il la prononce de manière à s'entendre lui-même.  
12- Qu'il formule l'intention de suivre l'imâm pour celui qui prie derrière lui.  
13- Qu'il précise [et sache distinguer] les prière obligatoires (fard) de celles qui ont un moindre degré d'obligation (wâjib) ; mais il ne lui est pas nécessaire de préciser les surérogatoires.  
14- Qu'il observe la station debout (wuqûf) [pour les prières obligatoires], mais non pour les surérogatoires.  
15- Qu'il lise du Coran, ne serait-ce qu'un verset, dans deux. 
http://tabligh.over-blog.net. 
 
 
 
SOURCES ISLAM-MYSTIQUE
La voie intérieure représente le coeur de l'Islam 
 
 
10000 pensées mystiques - Bayhaqi 
Hadîth trnasmis par Mus’ab ibn Sa’d d’après la relation de son père (Sa’d ibn Abî Waqqâs (que Dieu l’agrée)) : « Le surplus qu’apporte le savoir m’est plus cher que celui de la pratique du culte, et la meilleure chose pour vous dans votre religion est la piété scrupuleuse. » 
 
10000 pensées mystiques - Bayhaqi 
Al-‘Abbâs ibn Hamza a rapporté ceci : « J’ai entendu Dhû-l-Nûn dire : « Le gnostique (‘arif) ne reste pas constamment dans le même état, mais il reste constamment avec son Seigneur dans tous les états. » » 
 
20/05/2007 dans Religion | Lien permanent | Commentaires (0) | TrackBack (0)  
10000 pensées mystiques - Bayhaqi 
Sulamî rapporte la réponse qu’avait donnée l’imâm Abû Sahl Muhammad ibn Sulaymân (Su’lûkî) à la question : qu’est ce que le soufisme (tasawwuf) ?: « C’est ne plus s’opposer (à Dieu). » 
 
20/05/2007 dans Religion | Lien permanent | Commentaires (0) | TrackBack (0)  
10000 pensées mystiques - Bayhaqi 
Quelqu’un vint demander à Abû Bakr Shiblî pourquoi les « Soufis » avaient-ils été nommés ainsi ; voici sa réponse : « C’est en raison de la pureté des relations que l’Etre divin leur a octroyée et qui les a rendus purs, et celui qui est pur (safâ) est un sûfî. » 
 
20/05/2007 dans Religion | Lien permanent | Commentaires (0) | TrackBack (0)  
10000 pensées mystiques - Bayhaqi 
Quelqu’un demanda une parole édifiante à Abû ‘Abd Allâh Sawânîti ( ?), qui se trouvait à Basra. Il lui dit alors : « La servitude (parfaite) se réalise à partir de ces six vertus : le respect, le sentiment d’indignité, la crainte, l’espérance, l’amour, et la vénération profonde. La pensée du respect suscitera la sincérité totale (dans l’action) ; être conscient qu’il est indigne rendra le serviteur vigilant à l’égard des pensées qui surgissent dans son cœur ; avoir la crainte présente à l’esprit le fera se repentir de ses péchés ; le rappel de l’espérance le rendra plus empressé à accomplir les actes d’obéissance ; celui de l’amour donnera la pureté à ses œuvres pies ; et sous l’effet du sentiment de vénération profonde il renoncera à la maîtrise de son destin et à son libre arbitre. » 
 
20/05/2007 dans Religion | Lien permanent | Commentaires (0) | TrackBack (0)  
10000 pensées mystiques - Bayhaqi 
Abû ‘abd al-Rahmân Sulamî rapporte ces paroles anonymes : « Voici ce qui caractérise les serviteurs de Dieu : la pauvreté est leur noblesse, l’obéissance à Dieu leur est douce, et son amour fait leurs délices. C’est de Lui qu’ils ont besoin, la piété est leur viatique, et c’est avec Dieu qu’ils ont commerce. C’est sur Lui qu’ils s’appuient, c’est avec Lui qu’ils ont des relations amicales, c’est à Lui qu’ils se remettent avec confiance. La faim est leur nourriture, et le renoncement est tout leur bien. La vertu est leur vêtement, le visage ouvert est leur parure. La générosité d’âme est leur profession, les bons rapports qu’ils entretiennent sont les liens qu’ils cultivent. C’est la science qui les conduit, c’est la patience qui les pousse, et c’est la voie droite qui les transporte. Le Coran constitue tout leur langage, les actions de grâce sont leur ornement, et l’invocation de Dieu est leur besoin insatiable. L’agrément (à la volonté divine) est leur source de quiétude, le contentement (du peu qu’ils possèdent) est toute leur fortune, et la dévotion est ce à quoi ils emploient leur vie. Le Démon est leur ennemi, et ce bas monde est pour eux un dépôt d’ordures. Le sentiment d’indignité est leur tunique, et la crainte est leur nature propre. Le jour leur sert de leçon, et la nuit, de réflexion. La sagesse est leur sabre, et la vérité les protège. La vie est pour eux une étape, et la mort est leur lieu de campement. La tombe est pour eux une citadelle retranchée, et le Paradis leur demeure, leur vœu le plus cher étant de regarder le Seigneur des Mondes. Ils sont les serviteurs de Dieu choisis tout particulièrement, et dont Il a dit : « Et les serviteurs du Miséricordieux sont ceux qui marchent sur la terre avec modestie… » (Coran, XXV, 63) » 
 
10000 pensées mystiques - Bayhaqi 
Shiblî disait : « Obéis à Dieu, et toute chose t’obéira ! » 
 
20/05/2007 dans Religion | Lien permanent | Commentaires (0) | TrackBack (0)  
10000 pensées mystiques - Bayhaqi 
Hadîth transmis par ‘Amr ibn ‘Abasa Sulamî (que Dieu l’agrée) : « Je me suis rendu auprès de l’Envoyé de Dieu (Prière et Paix sur Lui), et je lui ai demandé qui lui avait prêté serment d’allégeance (variante : « qui l’avait suivi ») en cette affaire (de la conversion à l’islam). « Un homme libre et un esclave (à savoir Abû Bakr et Bilâl (que Dieu les agrée)), me répondit-il. » Je lui ai posé (par la suite) les questions suivantes : « Quel est le meilleur des comportements ?_ C’est faire preuve de patience et d’indulgence, et avoir des mœurs vertueuses._ Quelle est la meilleure façon de vivre l’islam ?_ C’est de bien comprendre la raison d’être du culte que l’on doit à Dieu, d’œuvrer dans l’obéissance à Dieu, et d’avoir une sainte opinion de Lui._ Quels sont les meilleurs des musulmans ?_ Ceux dont les autres musulmans n’ont rien à craindre, ni de leur langue ni de leurs mains._ Quelles sont les actions les plus agréables à Dieu ?_ C’est donner à manger à son prochain, étendre les vœux de paix à tous les hommes, et prononcer des paroles apaisantes._ Quelle est la meilleure prière ?_ C’est celle qui est faite en son temps, accompagnée d’une longue supplique, et avec des inclinations et des prosternations correctes._ Quelle est la meilleure façon de se tenir à l’écart ?_ C’est d’exclure ce qui répugne à Dieu._ Et quel est le meilleur moment de la nuit ?_ C’est le dernier tiers de la nuit, car Dieu ouvre alors les portes du ciel, considère Ses créatures, et exauce leurs demandes. » 
 
Le maître ajoute cette remarque : « Il semblerait que les questions concernant les pratiques religieuses aient été posées au Prophète (Prière et Paix sur Lui) par ‘Amr ibn ‘Abasa (que Dieu l’agrée) après la période où il avait rejoint les siens (et qui avait suivi sa conversion), quand il était revenu le voir au moment où l’islam s’était développé et où les pratiques rituelles avaient été révélées. Mais c’est Dieu qui apporte Son concours (à nos entreprises et à nos explications). » » 
 
 
10000 pensées mystiques - Bayhaqi 
Al-‘Abbâs ibn Hamza raconte : « J’entrai chez Dhû-l-Nûn l’Egyptien ; il y avait auprès de lui un certain nombre de novices, et il était en train de leur dire : « Ayez la mort à votre chevet quand vous vous endormez, et gardez-la devant les yeux quand vous vous levez de votre sommeil ! Soyez comme si vous n’aviez nul besoin de ce bas monde, mais que la vie future vous soit absolument indispensable ! » » 
 
19/05/2007 dans Religion | Lien permanent | Commentaires (0) | TrackBack (0)  
10000 pensées mystiques - Bayhaqi 
Hadîth transmis par Anas ibn Mâlik (que Dieu l’agrée) : « L’Envoyé de Dieu (Prière et Paix sur Lui) m’a dit : « Agis pour Dieu comme si tu Le voyais de tes propres yeux, car même si tu ne Le vois pas, Lui te voit ! Accomplis parfaitement les règles de purification avant de pénétrer dans l’oratoire, et pense à la mort quand tu fais la Prière! Celui qui a présente à l’esprit la mort quand il prie, se met dans les conditions adéquates pour que sa prière soit parfaite. Prie donc comme un homme qui croit qu’il ne fera plus jamais d’autre prière ! Et évite tout ce dont on a ensuite à s’excuser ! » » 
 

 

(c) TIVAOUANE-FES - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 28.03.2009
- Déjà 3792 visites sur ce site!